Joindre les 2 bouts

C’est mon combat ordinaire en tant que Naturopathe


Ma vraie problématique depuis que je suis installée à mon compte est de pouvoir payer mes factures à la fin du mois. Les clients ne font pas la queue devant mon cabinet pour l’instant. A cela plusieurs raisons :


  1. La première est que je suis nouvelle dans le Jura, un département magnifique de la Bourgogne Franche comté mais avec ses revers c’est comme tout. Personne ne me connait ici et un Jurassien ne fera confiance qu’à un autre Jurassien.

  2. La deuxième raison est que malheureusement la naturopathie pour certains est soit la foire aux gourous (pas complétement faux), ou que ça ne sert à rien car ce dernier ne prescrit pas de médicaments comme un médecin.

  3. La troisième raison est de considérer un naturopathe comme un herboriste du quartier, et qu’il pratique une espèce de médecine verte qui utilise des plantes. Mais franchement, n’est-ce pas là un raccourci trop rapide de la naturopathie qui en oublie ses 3 piliers majeurs que sont l’alimentation, l’activité physique et l’hygiène de vie (psycho émotionnelle et un sommeil de qualité). L’aromathérapie, la phytothérapie … ce ne sont que des techniques parmi tant d’autres.

  4. la crise et la pandémie ... y aurait beaucoup de chose à dire mais ce n'est pas l'objet de ce post.


Donc ma priorité est de me connaitre et de savoir ce que j’ai réellement envie de faire.


Arrêter tout et rester à la maison comme une femme au foyer ! …heu non sans façon 😊


Exister ne se résume pas à être la femme d’un tel, aller aux séances de manicure pédicure, me reposer voyager… Exister selon moi c’est avoir un impact de son passage sur terre. C’est se rendre utile, c'est créer, tout en sortant de sa zone de confort. C’est ce qui m’anime chaque jour et me fait vibrer et puis entre nous je n’ai pas fait tout ce chemin de carrière pour rien.



Retourner au monde corporatif !... Oh que non

Venant du monde « Corporate » – j’étais à l’époque cadre dans une banque – un pion parmi 3000 autres, travaillant sur des produits bancaires, d’épargne, de retraite et d’assurance-vie.

Toute la journée assise dans des espaces ouverts, sujette à des changements d’humeur quotidiens, de la réunionite aigue une vraie pathologie, des pauses café/cigarette infinies alors que je ne fumais pas mais c’était le seul moyen de s’intégrer, être au courant des ragots et missions potentielles qui pouvaient vous passer sous le nez si vous refusez ces pauses... littéralement « trop assis » a eu raison de ma vitalité. « Métro, boulot, dodo », c’était ma vie.




Rajouter une activité que j’aime à mon activité principale ? …pourquoi pas 😊


Et c’est là que les remises en question font rage ! "Comment joindre les deux bouts en faisant ce que j’aime ?" est "ze big" question qui attend une réponse. Donc, je feuillète mon CV. qui pour citer mon tout prochain employeur, est multicolore. En effet, vous allez le comprendre.


Et si je devenais un coach de langues, pour enseigner les langues que je connais parfaitement et que j’ai apprises durant mes différentes expatriations dans 3 pays, 3 continents, et 3 cultures. Car je vous assure, être bilingue, trilingue, carlingue ...c'est pas de la tarte :)



De coach de santé à coach d’anglais, il n’y a qu’un pas, me diriez-vous


En réalité ce sont des tas de questionnements, de remise en question, de chamboulements intérieurs et extérieurs, personnels et professionnels, et qui ne se passent pas sans heurt.


Vous l’aurez compris donc, que je suis toujours à la recherche de nouvelles compétences pour pouvoir les partager plus tard avec les autres. J'aime à être tantôt étudiante tantôt enseignante, cherchant à grandir professionnellement et personnellement avec ceux qui m’entourent.

A cela sachez que le syndrome de l’imposteur ne me quitte jamais quoique je fasse. Je me vois mal prodiguer des conseils avant de me les appliquer à moi-même. Imaginez-vous vouloir voyager au Mexique et que c’est votre rêve depuis toujours. Qui n'a pas dans son entourage cette tante ou ami de longue date qui va essayer de vous en dissuader : « C’est très dangereux là-bas, n’y va pas ! ». Pourtant, si vous lui posez la question suivante « ok, mais t’y es déjà allé au Mexique toi ? », sa réponse par la négative ne donne pas crédit à son conseil aussi bienveillant soit-il.



Des actions valent plus que des paroles


Tu as sûrement entendu parler de l’ethos, logos et pathos utilisés en argumentation pour te convaincre d’une idée. En gros, si tu veux convaincre quelqu’un tu vas utiliser soit de la logique dans tes arguments, avec des faits « LOGOS » et donc faire appel à sa raison, soit utiliser des sentiments et donc du Pathos pour faire appel à son cœur et son ressenti, soit en donnant ton propre exemple et propre expérience pour ajouter de la crédibilité à ton récit pour ton interlocuteur et c’est l’ethos.

Personnellement, c’est l'ethos qui me plait et que je recherche dans un coach.


C’est pour cette raison, que j’avais besoin de décrypter mon chemin de vie mon parcours pour voir ma légitimité à être aussi formateur, coach de langues.


Mon parcours légitime-t-il mes envies ?


Toujours dans l’esprit de me rendre utile, j’ai pendant mon temps d’expatriation, 8 ans aux ÉTATS-UNIS et au Maroc, enseigné du Français aux anglophones, Anglais et Français aux arabophones, et maintenant en France, la guérison naturelle avec les piliers de la naturopathie à qui souhaite sortir de l’emprise des pilules miracles.


Ainsi, une première opportunité d’emploi fortuite pour mon mari nous a amenés à déménager aux USA et pour moi à quitter définitivement mon travail bien rémunéré pour une vie inconnue. L’ayant déjà fait une fois en quittant mon Maroc natal, je me voyais très bien m’adapter à une autre culture.


Mon chapitre de la vie américaine s’est déroulé dans l’État KFC du Kentucky, à Elizabethtown, où les étrangers sont mexicains ou inexistants. L’anglais que j’avais appris à l’école était de peu d’aide à cause du dialecte local. Heureusement, m’inscrire au collège communautaire pour des cours d’anglais, courir, faire du bénévolat dans des écoles, accompagner des équipes académiques, des équipes de natation et une fanfare, m’a sauvé de la vie de « femme au foyer désespérée » et m’a permis de rencontrer des gens et de me faire des amis.


Après plus de 6 ans américains, une seconde opportunité pour une nouvelle expatriation s’est présentée à nous, cette fois dans mon pays natal, le Maroc.


De retour en France, passionnée par la nature et le trail, j’ai été initiée à la naturopathie. C'est si vous voulez le "couteau suisse" de la médecine naturelle utilisant des solutions réelles et naturelles pour améliorer la santé des gens. Notamment des conseils diététiques et de style de vie, des herbes, des massages, de l’aromathérapie, de l’exercice, etc. Et c'est tout ce que j’aime du moment que ça reste concret. Car les énergies, les soins énergétiques les chakras etc. m’ont été enseignés mais en tant que naturopathe j’aime trop l’anatomie du corps humain, les sciences et surtout la neuroscience pour y adhérer vraiment. C’est pour ça que chaque naturopathe est différent et c'est à vous de choisir celui qui vous convient.


Du coup, je me suis spécialisée dans le toucher par les massages et la madérothérapie pour offrir des conseils thérapeutique et esthétiques : un esprit sain dans un corps sain est mon mantra. J’utilise des produits de la nature comme les plantes, le bois et le froid . De l’authentique et rien d’autre.




Mes expériences de vie me servent au quotidien


Quand je vois des personnes souffrir et ne pas arriver à vivre pleinement leur vie, leurs envies, vous savez quoi j’ai envie de les aider. Les aider ça demande de l’énergie et une implication de la personne que j’aide. Pour un juste équilibre des énergies, aider à titre gratuit n’est pas la solution pour aucun. D’abord, toute personne qui paye s’attend à un résultat équivalent à la somme qu’elle a payée et donc elle va s’investir pour le justifier pour elle et même pour ses proches. La seconde c’est m’assurer un revenu pour être indépendante financièrement et aussi justifier ce que je fais à mon entourage.


Et puis tada, un jour j’eus la réponse


La réponse parfaite à mes questionnements : et si je devenais Coach de langues tout en continuant la naturopathie !


« Apprendre une nouvelle langue » et « cultiver son bien-être » sont très similaires dans mon esprit. Les deux doivent être cultivés quotidiennement. C’est comme un jardin dont il faut s’occuper, où poussent 7 plantes essentielles : plaisir, rire, passion, désir, folie, pleine conscience et partage.


Linkedin, j'arrive ...


À la recherche d’un emploi à temps partiel en tant que formateur linguistique, je suis tombée sur l’annonce parfaite : VICI, un organisme de formation en langues de plus de 20 ans au Royaume Unis cherchait justement un coach ici dans mon Jura ! J’étais impatiente de postuler car je validais toutes les cases du poste recherché. Alors, je l’ai fait : guider des élèves pas à pas durant leur apprentissage du Français, anglais ou arabe, leur donner les clefs pour être autonome dans la langue qu’ils désirent comme j’ai dû le faire, le rêve. Un coach n’est pas un tuteur. Un coach est quelqu’un qui vous forme pour que vous n’ayez plus besoin de lui, pour que vous vous débrouilliez tout seul plus tard. A la différence d'un tuteur qui va vous former sous sa tutelle et le jour où il disparait vous vous sentez démuni. Alors qu'un coach va personnaliser ses techniques à vous l’être humain qui se cache derrière l’individu. Et chaque individu est diffèrent. Ca me rappelle un sujet du Baccalauréat de mon fils : « Qu’est-ce que l’exotisme ? » l’exotisme c’est l’autre ! » à méditer 😊